Culpabilité et annonce

Lorsque j’ai fait ma fausse couche, nous en avons parlé autour de nous. Mon S. l’a dit à certains de ses amis et à une partie de sa famille, et j’ai fait de même. Je l’ai annoncé à ma meilleure amie qui a été une oreille très attentive, comme toujours. Assez bizarrement, elle n’était pas au courant de nos essais et de nos problèmes. Pourtant, d’autres personnes moins proches, comme certaines collègues, savaient ce que nous vivions. Mais lorsque j’ai fait ma fausse couche, j’ai voulu lui en parler parce que je savais qu’elle pourrait m’écouter et m’aider. Et c’est exactement ce qu’elle a fait.

Mais voilà, elle aussi essayait d’avoir un petit bout. La différence ? Elle est tombée enceinte pratiquement tout de suite. Elle me l’a annoncé très rapidement, je sais qu’elle était désolée de la tournure des événements. Et moi là dedans ? J’ai eu l’impression qu’on étouffait mon cœur, qu’on le réduisait à néant. Un cœur réduit en miettes. Je n’ai rien laissé paraître, enfin je crois. Je l’ai félicitée, lui ai dit que c’était la vie, que c’était comme ça. Elle m’a dit qu’elle espérait que nos petits n’aient pas trop d’écart. Que répondre à cela ? Il n’y a rien à répondre, rien du tout. De toutes façons, avec la gorge nouée, on ne peut pas marmonner grand chose. Parce que plus d’une fois, j’ai quand même dû ravaler mes sanglots.

Aujourd’hui encore, je trouve tout cela très injuste. Elle a réussi facilement là où moi j’échoue. Et je ne sais pas comment je vais gérer cette nouvelle situation. Elle est mon amie, je lui souhaite tout le bonheur du monde, elle le mérite bien. Mais je me sens incapable de l’écouter parler de ses échos, de ses maux de femme enceinte, du pratico-pratique à mettre en place pour l’arriver du bébé. J’en suis tout simplement incapable. Bien évidemment, je ne veux pas la perdre, du coup, je ne vois pas comment gérer.

Gérer ces nouveautés et puis ma culpabilité. Parce qu’elle est toujours là, tapie dans l’ombre, à me rire au nez. Je m’en veux de ne pas être capable de simplement me réjouir du bonheur des gens. Je m’en veux d’en vouloir à la terre entière.

 

 

Publicités

3 commentaires sur « Culpabilité et annonce »

  1. Si elle a été si à l’écoute peut être comprendra t-elle d’elle même qu’il ne faut pas te parler de tout ça, du moins je te le souhaite. Ca m’est arrivé plusieurs fois et j’étais bien heureuse que ces personnes comprennent que je n’avais pas envie d’en entendre parler sans arrêt. Des bisous, c’est dur ce genre d’annonce…

    J'aime

  2. Que je te comprends… Difficile de trouver un juste milieu entre notre envie d’être proche de nos amies enceintes, de vivre avec elles leur grossesse, et la douleur que cela nous procure parfois. Pour ma part, je varie entre des moments d’enthousiasme démesuré, où je bombarde mes amies de questions et d’autres où je nie carrément leur grossesse, et où je refuse d’en entendre parler. Je dois être difficile à suivre et je m’en rends compte…

    Je te souhaite bon courage. Comme le dit Choco, si ton amie est compréhensive, elle saura éviter les situations qui pourraient te faire souffrir.

    J'aime

  3. Pas facile de gérer tout ça…
    Quand ça m’est arrivé, j’en ai parlé avec mon amie en essayant de lui expliquer ce que je ressentais pour pas qu’il y ait de malentendus. Elle a compris et moi ça m’a aidé de mettre des mots sur tout ça, même si sur le moment c’était pas évident.
    bon courage et des bisous !!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s