[MILK] Trois mois

Petit M. a trois mois depuis quelques jours. Il a plus que doublé son poids de naissance et a pris 13 cm. Voilà une magnifique croissance selon la pédiatre ! Il se porte à merveille, sourit à longueur de journée, papote, et a même commencé à rire il y a quelques jours ! Quel bonheur de le voir évoluer jour après jour.

Il fait ses nuits (j’ai peur de l’écrire, ça va peut-être nous porter la poisse ! ), il semble avoir adopté un certain rythme : dernier biberon vers 21h30 et ensuite dodo jusqu’au lendemain 7H00 environ. Bon ce weekend, il nous a fait le cadeau de se lever à 9h15 et 8h45. Enfin on n’en a pas vraiment profité : debout comme d’habitude à attendre qu’il se réveille… Ben oui, les changements d’habitudes sont toujours un peu flippants !

Il observe tout ce qui l’entoure et commence à utiliser ses mains pour atteindre les objets situés autour de lui. Bon j’avoue, je me posais quelques questions : ne devrait-il pas déjà attraper en main ? Ou faire preuve de plus de précision ? Selon la pédiatre, il est parfaitement « dans la norme ». Donc on ne se prend pas la tête et on le laisse évoluer à son rythme !

En résumé, on en profite !

 

 

 

Publicités

Pour vivre heureux… Vivons cachés

Cela fait maintenant dix mois que nous sommes en essai. C’est-à-dire une micro-seconde comparativement à certains couples. Je ne peux pas encore me plaindre (et pourtant je l’ai déjà fait des centaines de fois…). Pas vraiment de quoi être fière, mais c’est plus fort que moi. Si Amour me lisait, il me dirait qu’il est trop facile de dire que je ne peux rien y faire. Et pourtant, j’ai bien l’impression que c’est le cas. Je suis le nez dans le guidon, pas du tout objective, et complètement centrée sur mon parcours. En gros, une belle égoïste (j’ai presque honte d’écrire ces mots).

BREF.

Dix mois d’essais donc, du clomid, un kyste et quelques semaines sous puregon plus tard, je peux l’affirmer : je suis passée par tout un tas d’émotions et de sentiments. Et il y en a bien un dont je ne me vante pas mais qui est pourtant devenu une sorte de fil rouge dans mon quotidien… Dans le mille : la JALOUSIE. Oui c’est vrai, je suis jalouse. Jalouse de celles qui n’auront jamais à craindre de ne pas devenir maman. Je jalouse ces femmes qui sont avec leur homme depuis moins longtemps qu’Amour et moi et qui tiennent déjà dans leurs bras leur bout d’chou. Je jalouse celles qui tombent enceinte quand elles l’ont décidé (on se comprend).

Et plus que tout, je redoute les annonces de grossesse. Je redoute que les femmes qui font partie de mon entourage plus ou moins proche ne crient haut et fort leur joie de devenir prochainement maman, de fonder leur famille. Ce n’est pas bien, je le sais. Je devrais me réjouir de leur bonheur. Je devrais être contente pour elles. Je devrais. Mais j’en suis loin. J’ai trop mal, trop peur, trop de questions. Je suis trop en colère. Je trouve cela trop injuste.